Home / A la une / Lancement retardé • Technologik

Lancement retardé • Technologik

Il y a déjà assez de merde là-haut

Arianespace VA 250

Arianespace VA250 (photo: Arianespace)

Roundup Alors que les astronautes de l’ISS commencent à craquer lors de la prochaine sortie dans l’espace AMS, prenez le temps de revenir sur la semaine passée dans les roquettes. Arianespace a célébré son 250e lancement, la Russie et l’Inde ont tiré une partie du leur, et Rocket Lab nous a épargné plus de déchets.

Rocket Lab retarde la pluie de météorites artificielle après des problèmes ombilicaux

La réclamation de "lancement fréquent et fiable" de Rocket Lab a été un peu critiquée car la société a été forcée de retarder sa mission "Running Out Of Fingers" en raison de l'équipement au sol instable.

Le PDG Peter Beck a désigné le "coupable" comme "ombilical de stade 2".

Sabotage par des astronomes inquiets, peut-être? Bien sûr que non, mais à la lumière de Elon Musk spaffing Starlinks sur le ciel, les astronomes pourraient être pardonnés d’avoir émit un gémissement à la nouvelle qu’une des charges utiles à bord d’Electron provenait d’Astro Live Experiences (ALE) et tenterait de créer une pluie de météores artificielle.

La boîte de 75 kg contient "400 sources d'étoiles filantes artificielles de 5 couleurs" selon l'entreprise – bleu, blanc, vert, rose et orange.

"ALE souhaite que beaucoup de gens soient capables de ressentir et d'apprécier l'univers depuis le sol", a déclaré le groupe basé à Tokyo. Le premier satellite de la société, doté d'un mécanisme de désorbitage, a été lancé en janvier sur la fusée Epsilon 4 de la JAXA.

Six microsatellites PocketQube de Alba Orbital de 5 cm sont également à bord.

Le lancement comportera également la première fissure de Rocket Lab lors de la rentrée guidée du lanceur Electron. Bien que la reprise ne soit pas prévue cette fois-ci, le booster est doté de systèmes de contrôle de la réaction permettant de garder l'orientation orientée, ainsi que du matériel de guidage et de navigation.

La société espère capter la télémétrie à partir de l’amplificateur utilisé à la descente, bien qu’un porte-parole ait déclaré Technologik bien qu’il existe "des caméras à bord de S1 pour montrer la rentrée (force de télémétrie en attente)", il faudra "quelques semaines à l’équipe pour analyser complètement les données".

La fenêtre de lancement restant ouverte jusqu’au 12 décembre, la société a donc encore un certain temps pour obtenir sa 10e mission depuis son centre de lancement 1 en Nouvelle-Zélande.

Arianespace marque son 250e lancement avec un vol Ariane 5 ECA

Il y avait des sourires en Guyane lorsque le vol Ariane VA250 a réussi son lancement en orbite de transfert géostationnaire le 26 novembre.

Transportant des satellites pour l'Egypte et Inmarsat, il s'agissait du 250e lancement d'une fusée Ariane depuis 1979. Le premier décollage du Ariane 5 ECA avait eu lieu en 2002 et avait pris fin brutalement après une panne de moteur.

Les choses se sont améliorées cette fois et, après un nettoyage vendredi en raison d'un problème de systèmes au sol et de retards dus aux conditions météorologiques, le rappel a quitté la piste à 18h23, heure locale.

Les charges utiles nécessitaient la version longue du carénage de la charge utile Ariane. La charge utile supérieure, TIBA-1, était un satellite de télécommunication civil et gouvernemental destiné à l'Égypte. La charge utile inférieure, Inmarsat GX5, était un satellite de communications mobiles et constituait le cinquième (et de loin le plus puissant) du parc de véhicules à bande Ka Global Xpress (GX) de l'opérateur.

La charge utile totale transportée par le lanceur depuis le complexe de lancement Ariane de Kourou n ° 3 (ELA-3) s’élevait à environ 10 495 kg.

C'est vraiment une tournée d'adieu pour le vétéran du levage lourd d'Ariane. Une fois que son successeur, Ariane 6, aura été mis en ligne au début de la prochaine décennie, le 5 sera retiré. Une douzaine de lancements subsistent toutefois, y compris le télescope spatial James Webb, qui a été retardé en 2021 (peut-être).

Deux lancements d'Inde et de Russie

La Russie a envoyé la dernière variante de son vénérable booster, sous la forme Soyouz-2.1v, dans l'espace du cosmodrome de Plesetsk.

Le 25 novembre, à 20 h 53, heure de Moscou, il s’agissait du cinquième lancement de Soyouz-2.1 sur le site.

Les responsables russes sont restés muets sur la charge utile, sans se contenter de confirmer le succès du lancement et que le satellite avait été "conçu dans l’intérêt du ministère de la Défense de la Fédération de Russie" et serait en mesure de prendre des photos de la surface de la Terre. Un lancement précédent, en juillet, contenait quatre satellites militaires classés.

Contrairement à l'ancienne Soyouz, la version 2.1v ne possède pas les boosters latéraux des autres versions, mais dispose d'un moteur NK-33 initialement destiné à la fusée N-1 Moon en Russie.

L’Inde a suivi la Russie avec le lancement à 09h26 de son véhicule de lancement de satellites polaires (PSLV) du Centre spatial Satish Dhawan (SDSC) le 27 novembre.

Portant 13 nanosatellites commerciaux et un satellite d'imagerie de troisième génération, Cartosat-3, la mission était le cinquième lancement de 2019 et le 49ème vol d'un PSLV. La fusée était dans la configuration "XL" et comprenait un groupe de six boosters solides à sangle.

Cartosat-3, de 1 625 kg, a été déposé sur une orbite à une altitude moyenne de 500 km et devrait passer les cinq prochaines années à scruter la surface de la Terre. ®

Source

About admin

Check Also

Minecraft Crossplay arrive enfin sur PS4, mais vous aurez besoin d'un compte Xbox Live

Crossplay entre presque toutes les versions de Minecraft est une chose depuis un certain temps …

Laisser un commentaire