Les chimistes développent des processus d’hydrogénation plus sûrs – ScienceDaily

De l’hydrogène gazeux sûr et respectueux de l’environnement sur demande pourrait être à l’horizon à la suite d’un nouveau procédé chimique d ‘«hydrogénation» en cours de développement au City College de New York. Dirigée par Mahesh K. Lakshman, la recherche contourne uniquement le besoin d’une source externe d’hydrogène gazeux pour accomplir une large gamme d’hydrogénations. Il apparaît comme une couverture intérieure dans le numéro 2020 du journal “Synthèse et catalyse avancées. “

Lakshman a expliqué l’hydrogénation comme l’ajout d’atomes d’hydrogène. Par exemple, une application très courante est la production de graisses à partir d’huiles végétales. Dans l’industrie, la production de paraffine en est un exemple.

“L’hydrogénation est une méthode ancienne et bien établie qui repose sur l’utilisation d’un métal finement divisé tel que le palladium, souvent soutenu par du charbon de bois”, a déclaré Lakshman, membre de la Royal Society of Chemistry de la Grande-Bretagne et ancien vice-président du département de chimie. et biochimie. “Il a également besoin d’une source d’hydrogène gazeux, qui à ce jour est disponible à partir de bouteilles de gaz hydrogène comprimé. Ces bouteilles de gaz hydrogène comprimé sont non seulement coûteuses, mais elles présentent un risque extrême d’explosion et d’incendie.”

Il a noté que la destruction du dirigeable Zeppelin Hindenburg dans le New Jersey en 1937 était attribuée à cela.

La recherche développée au sein de la Division des sciences du CCNY élimine le besoin de ce gaz comprimé et se traduit par une procédure opérationnelle plus sûre.

“Ce que nous avons découvert, c’est que nous pouvons mélanger deux matériaux stables ensemble en présence de palladium sur charbon de bois, ce qui produit un mélange capable d ‘” hydrogénation “, sans nécessiter une source externe d’hydrogène gazeux comprimé”, a déclaré Lakshman. “Ce travail a été inspiré par une publication des laboratoires Benjamin Stokes de l’Université de Californie – Merced. Stokes a utilisé l’eau comme source d’atomes d’hydrogène, mais il y avait certaines choses qui ne semblaient pas réalisables dans ses conditions. Nos conditions semblent beaucoup plus larges dans que de nombreux types différents d’hydrogénations peuvent être accomplis. “

Parmi ses autres applications, Lakshman a souligné que ce nouveau processus d’hydrogénation pourrait être utile dans les modules d’enseignement de premier cycle en chimie. Cela permettrait aux laboratoires de se passer de bouteilles d’hydrogène comprimé.

“En outre, nous avons également développé des conditions pour introduire l’isotope plus lourd (deutérium) en comprenant les aspects mécaniques sous-jacents. Le concept de médicaments lourds utilise le deutérium à la place de l’hydrogène pour ralentir le métabolisme, avec des applications médicinales bénéfiques”, a ajouté Lakshman.

Barbara Zajc, également professeur de chimie au CCNY, a collaboré à la recherche. Un associé postdoctoral, quatre doctorants, un BS / MS de cinq ans et un étudiant en MS étaient également impliqués.

Source de l’histoire:

Matériaux fourni par City College de New York. Remarque: le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

Source

A propos admin

Découvrez également

Techniques d’IA utilisées pour améliorer la santé et la sécurité des batteries – Technologik

Les scientifiques ont conçu une méthode d’apprentissage automatique qui peut prédire la santé de la …

Laisser un commentaire