Nancy Pelosi publie un "cahier" décrivant les agissements allégués de Trump dans un appel téléphonique avec l'Ukraine

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (D-Calif.), A diffusé un «fiche descriptive"Lundi, soulignant que le président Donald Trump, dans ses paroles," a trahi son serment, trahi notre sécurité nationale et l'intégrité de nos élections pour son propre gain politique "dans ses relations avec le gouvernement ukrainien.

Le document de quatre pages accusait l’administration Trump de trois phases d’actes répréhensibles liés à la appel téléphonique controversé du 25 juillet avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky – un appel qui a finalement incité Pelosi à lancer une enquête de mise en accusation de Trump.

La fiche de renseignements appelait les trois étapes «le shakedown», «la campagne de pression» et «la dissimulation».

Le document citait le Transcription de l’appel téléphonique de la Maison Blanche comme preuve que Trump «abusait de son bureau en faisant pression sur un gouvernement étranger» pour s'immiscer dans les élections de 2020.

D'après la transcription approximative – dont les responsables actuels et anciens doutent Achevée – Trump a demandé à Zelensky de "nous rendre service" en déterrant la terre de l'ancien vice-président Joe Biden et de son fils, Hunter Biden.

31 PHOTOS

Donald Trump fait face à une enquête de destitution

Voir galerie

ARCHIVO – Photo d'archives du 30 noviembre 2018, il y a deux ans, elle était emmenée par l'Union européenne, Marie L. Yovanovitch, habla en Kiev. Yovanovich a déclaré que le 11 octobre en 2019, les décisions du Congrès sur les enquêtes du président Donald Trump étaient inébranlables. (AP Foto / Efrem Lukatsky)

L’ancienne ambassadrice américaine en Ukraine, Marie Yovanovitch, au centre, arrive à Capitol Hill, le vendredi 11 octobre 2019 à Washington, alors qu’elle doit témoigner devant le Parlement vendredi dans le cadre de l’enquête de destitution du président Donald Trump. (Photo AP / J. Scott Applewhite)

DOSSIER – Dans cette photo d'archives du 6 mars 2019, Marie Yovanovitch, ambassadrice américaine en Ukraine, siège au centre, lors de sa rencontre avec le président ukrainien Petro Poroshenko à Kiev, en Ukraine. (Mikhail Palinchak, photo du pool du service de presse du président via AP)

Le président des États-Unis, Donald Trump, parle de l'enquête d'imposition de la Chambre lors d'une cérémonie de signature officielle de l'accord commercial américano-japonais à la Maison-Blanche à Washington, le 7 octobre 2019. REUTERS / Kevin Lamarque

Adam Schiff (D-CA), président du comité spécial de la Chambre sur la commission du renseignement, s'adresse aux médias avant une réunion à huis clos concernant l'enquête d'imputation en cours contre le président des États-Unis, Donald Trump, au Capitole des États-Unis le 8 octobre 2019 à Washington, DC. (Photo par Olivier Douliery / AFP) (Photo par OLIVIER DOULIERY / AFP via Getty Images)

Le représentant américain démocrate Ben McAdams, de l'Utah, s'adresse aux médias au Midvale Senior Citizens Center, le vendredi 4 octobre 2019, à Midvale, dans l'Utah. McAdams est en train de changer de position pour soutenir l'enquête d'imputation du président Donald Trump. Il a déclaré vendredi qu'il n'avait pas pris de décision quant à la destitution du président, mais qu'il était favorable à une enquête sur ce qu'il appelle des allégations graves. McAdams était auparavant l'un des rares démocrates indécis de la Chambre. Il dit avoir changé d'avis car il est peu probable que l'administration Trump coopère à une enquête à moins que celle-ci ne soit menée sous la forme d'une enquête de destitution. (Photo AP / Rick Bowmer)

Le sénateur Stuck Trump, le sénateur Chuck Grassley, réagit contre l'appel à la dénonciation

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, D-Calif., Écoute le représentant Joe Neguse, D-Colo., Et d'autres démocrates de la Chambre discuter de la HR 1, de la loi For the People, adoptée à la Chambre mais suspendue Sénat, au Capitole à Washington, le vendredi 27 septembre 2019. (Photo AP / J. Scott Applewhite)

Le président du Comité du renseignement de la Chambre, Adam Schiff (D-CA), s'entretient avec des journalistes après que le gouvernement Trump ait empêché l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, de témoigner lors de l'enquête de destitution de la Chambre des représentants sur Trump sur Capitol Hill, à Washington, États-Unis, le 8 octobre , 2019. REUTERS / Jonathan Ernst

WASHINGTON, DC – 01 OCTOBRE: Les touristes font des photos à l'intérieur de la rotonde du Capitole américain le 01 octobre 2019 à Washington, DC. Sous la direction de la présidente Nancy Pelosi (D-CA), la Chambre des représentants a ouvert une enquête de destitution du président Donald Trump à la suite de la révélation selon laquelle un dénonciateur avait déposé une plainte selon laquelle Trump recherchait des informations préjudiciables au président ukrainien Volodymyr Zelensky. (Photo de Chip Somodevilla / Getty Images)

WASHINGTON, DC – 30 SEPTEMBRE: Le président Donald J. Trump parle aux journalistes du dénonciateur après sa participation à une cérémonie d'assermentation du secrétaire du Travail, Gene Scalia, dans le bureau ovale de la Maison-Blanche le lundi 30 septembre 2019 à Washington. , DC. (Photo de Jabin Botsford / The Washington Post via Getty Images)

Kiev, ukraine – 01 octobre: ​​le président ukrainien Volodymyr Zelensky parle aux médias le 1er octobre 2019 à Kiev, en Ukraine. L’Ukraine est au cœur d’une tempête politique dans la politique américaine depuis la publication de la plainte d’un dénonciateur suggérant que le président américain Donald Trump, aux dépens de la politique étrangère américaine, a fait pression sur l’Ukraine pour qu’elle enquête sur son rival, Joe Biden, et son fils, Hunter. (Photo de Sean Gallup / Getty Images)

(COMBO) Cette combinaison de photos créée le 24 septembre 2019 montre
La Présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, démocrate de Californie, le 24 septembre 2019 et
Le président des États-Unis, Donald Trump, à Washington, le 20 septembre 2019. – Au milieu d'allégations de plus en plus nombreuses d'abus de pouvoir de la part du président des États-Unis, Pelosi a annoncé l'ouverture d'une enquête de destitution à la Chambre des représentants, première étape d'un processus conduire finalement à la destitution de Trump. (Photos de Mandel NGAN et SAUL LOEB / AFP) (Le crédit photo devrait se lire MANDEL NGAN, SAUL LOEB / AFP / Getty Images)

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, de Californie, lit une déclaration annonçant la tenue d'une enquête de destitution du président Donald Trump, à Capitol Hill, à Washington, le mardi 24 septembre 2019. (Photo AP / Andrew Harnik)

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, de Californie, s'éloigne d'un podium après avoir lu une déclaration annonçant la tenue d'une enquête de destitution du président Donald Trump à Capitol Hill, à Washington, le mardi 24 septembre 2019. (Photo AP / Andrew Harnik)

Le président américain Donald Trump réagit aux applaudissements de l'auditoire après son discours à la 74ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le mardi 24 septembre 2019. (AP Photo / Richard Drew)

Le président américain Donald Trump arrive pour prendre la parole devant la 74ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies au siège des Etats-Unis d'Amérique, le mardi 24 septembre 2019. (AP Photo / Mary Altaffer)

WASHINGTON, DC – 24 septembre: Adam Schiff (D-CA), président de la commission du renseignement de la Chambre, entouré de journalistes, émerge d'une réunion avec la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, avant de prononcer un discours concernant une enquête de destitution du président Donald Trump. , sur la colline du Capitole à Washington, DC, le mardi 24 septembre 2019. (Photo de Melina Mara / The Washington Post via Getty Images)

Des membres du corps de presse de la Maison-Blanche, qui se tiennent au Trump Bar de la Trump Tower, regardent Nancy Pelosi (D-CA), présidente de la US House en direct, en direct à la télévision alors qu'elle annonce une enquête de destitution du président américain Donald Trump à New York, New York, États-Unis, le 24 septembre 2019. REUTERS / Jonathan Ernst

Le président des États-Unis, Donald Trump, assiste à une réunion bilatérale avec le président de l'Irak, Barham Salih, en marge de l'Assemblée générale annuelle des Nations Unies à New York, New York, aux États-Unis, le 24 septembre 2019. REUTERS / Jonathan Ernst

La représentante Alexandria Ocasio-Cortez (D-NY) s’adresse aux journalistes suite à l’annonce d’une procédure de destitution, au Capitole américain à Washington, aux États-Unis, le 24 septembre 2019. REUTERS / Tom Brenner

Le président du Comité du renseignement de la US House, Adam Schiff (D-CA), parcourt un couloir de la maison à la suite d'une annonce de procédure de mise en accusation, au Capitole américain à Washington, aux États-Unis, le 24 septembre 2019. REUTERS / Tom Brenner

La Représentante américaine Debbie Wasserman Schultz (D-FL.) S’adresse aux journalistes après l’annonce d’une procédure de mise en accusation, au Capitole américain à Washington, aux États-Unis, le 24 septembre 2019. REUTERS / Tom Brenner

THE TONIGHT SHOW À JIMMY FALLON – Épisode 1125 – Sur la photo: Jimmy Fallon, l'hôte de Donald Trump, lors de la conférence «Trump UN Speech» ouverte le 24 septembre 2019 – (Photo d'Andrew Lipovsky / NBC / NBCU via Getty Images)

Des manifestants appelés au "Annex du Kremlin" pour destituer le président Donald Trump à Lafayette Square Park, devant la Maison Blanche à Washington, le mardi 24 septembre 2019. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, de Californie, a annoncé l'ouverture d'une enquête formelle sur le président Donald Trump. . (Photo AP / Carolyn Kaster)

WASHINGTON, DC – 24 SEPTEMBRE: Le représentant de la Chambre des représentants des États-Unis, Kevin McCarthy (R-CA), s'adresse aux médias en réponse à une annonce de la Présidente de la Représentante de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (D-CA), au Capitol Building le 24 septembre 2019 à Washington, DC. Pelosi a annoncé aujourd'hui l'ouverture d'une enquête de destitution suite aux allégations selon lesquelles le président Donald Trump aurait tenté de faire pression sur le président ukrainien pour qu'il enquête sur le principal candidat à l'élection présidentielle démocrate, l'ancien vice-président Joe Biden et son fils, qui auraient fait l'objet d'une plainte. l'administration s'est abstenue du Congrès. (Photo par Alex Wong / Getty Images)

WASHINGTON, DC – 24 SEPTEMBRE: La représentante Abigail Spanberger (D-VA) se rend avec son attaché de presse, Connor Joseph, à une réunion du caucus de la House Democratic au Capitole des États-Unis au cours de laquelle une procédure d'impeachment formelle contre le président des États-Unis, Donald Trump, a été annoncée par le président de la Maison Nancy Pelosi le 24 septembre 2019 à Washington, DC. Spanberger est l’un des sept nouveaux membres de la Chambre issus du renseignement national ou de l’armée qui se sont récemment exprimés dans un article appelant à une enquête sur Trump. (Photo par Win McNamee / Getty Images)

WASHINGTON, DC – 24 SEPTEMBRE: Des reporters et des membres du personnel du Congrès attendent devant la réunion du caucus démocrate de la Chambre des députés au Capitole américain. Une procédure de destitution du président américain Donald Trump a été annoncée par la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le 24 septembre 2019 à Washington. Pelosi a annoncé l'ouverture d'une enquête de destitution après que le président Donald Trump aurait tenté de faire pression sur le président ukrainien afin qu'il mène une enquête sur le principal candidat à la présidence démocrate, l'ancien vice-président Joe Biden et son fils, qui auraient fait l'objet d'une plainte de dénonciateurs selon laquelle l'administration Trump aurait a retenu du Congrès. (Photo par Win McNamee / Getty Images)

États-Unis – 24 septembre: Reporters se réunissent autour du représentant Jamie Raskin, D-Md., Alors qu'il quitte la réunion du caucus démocrates de la Chambre au Capitole sur la destitution du président Trump le mardi 24 septembre 2019. (Photo Par Bill Clark / CQ-Roll Call, Inc via Getty Images)

États-Unis – 24 septembre: Rép. Al Green, D-Texas, arrive pour la réunion du caucus des démocrates de la Chambre dans le Capitole sur l'impeachment du président Trump le mardi 24 septembre 2019. (Photo par Bill Clark / CQ-Roll Call, Inc via Getty Images)

Les manifestants avec une annexe au Kremlin avec un panneau lumineux indiquant "Personne n'est au-dessus de la loi" appellent à destituer le président Donald Trump à Lafayette Square Park, devant la Maison Blanche à Washington, le jeudi 26 septembre 2019. (Photo AP / Carolyn Kaster)




MASQUER LA CAPTION

SHOW CAPTION

La fiche de renseignements citait ensuite des textos échangés entre des fonctionnaires du département d'État comme preuve que la Maison Blanche avait lancé une «campagne de pression» sur l'Ukraine concernant cette demande.

L’administration Trump a été accusée d’avoir suspendu son aide militaire à l’Ukraine afin de faire pression sur le pays pour qu’il enquête sur les Bidens; Trump a insisté à plusieurs reprises, cependant, qu'il y avait "aucune contrepartie. "

Un échange de texte cité dans la fiche de renseignements impliqué William Taylor, le chargé d’affaires pour l’Ukraine, qui s’était dit préoccupé par le refus de «l’aide à la sécurité pour l’aider à mener une campagne politique».

«Je pense que c’est fou», a déclaré Taylor, Gordon Sondland, ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, en septembre.

Pelosi a affirmé que Trump avait utilisé «de multiples leviers de gouvernement», y compris la Vice-président Mike Pence et Secrétaire d'État Mike Pompeo – "faire avancer un plan visant à saper nos élections de 2020 pour son intérêt politique, puis à faire obstruction à l'enquête du Congrès sur ce plan".

Elle a également accusé la Maison Blanche d’essayer de dissimuler les détails de la conversation de Trump avec Zelensky. La fiche de renseignements cite un plainte de dénonciateur lié à l'appel qui a été déposé auprès de l'inspecteur général de la communauté du renseignement comme preuve de cette réclamation.

"De hauts responsables de la Maison-Blanche sont intervenus pour" verrouiller "tous les enregistrements de l'appel téléphonique", a déclaré la plainte.

  • Cet article a paru à l'origine sur HuffPost.

Source

A propos admin

Découvrez également

Les réseaux de neurones facilitent l’amélioration dans la recherche de nouveaux matériaux – Technologik

Pendant la recherche dans des listes théoriques de nouveaux matériaux possibles pour des applications particulières, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *